Yohji Yamamoto

Sa couleur fétiche : le noir dans tous ses états. 

Son style : c’est Yohji Yamamoto.

Son travail est indéfinissable et pourtant, son style est reconnaissable parmi  1000. Celles / ceux qui portent ses créations se reconnaissent entre eux et se saluent d’un air entendu.

(his favorite color : black … all kind of black / This is Yohji Yamamoto / his work is undefinable but his fashion is unique. Everyone who use to wear this brand recognize each other as equals)

On voit déjà vos réactions « mais s’il ne fait que du noir comment reconnaître ses créations (est-il triste comme garçon ? )« . Rien à voir. Il a choisi de travailler cette non-couleur car il existe des milliards de déclinaisons. Rajoutez un peu de jaune, rouge, magenta, blanc ou cyan et le noir change … Ne faut-il tout une combinaison de couleurs pour obtenir un noir dense ? Ne vous méprenez pas, dans chacune de ses collections, le noir cohabite aisément avec des teintes plus fortes, plus chaudes.

Les Arts Décoratifs lui avaient rendu hommage par une exposition où toutes ses créations étaient mises en valeur. On y était (tout un après-midi) : malgré les vitrines, malgré des mannequins de bois, tout semblait aérien, léger, frais et drôle …

(Always black color .. maybe this guy is so sad, isn’t he ! Actually we can’t resume black color with one pantone. If you look well, there are many types of black. Add some color block and it changes. We were at Les Arts Décoratifs where all of his creations were exhibited. And then, we saw that all pieces were lightful, fresh and funny) 

Pour lui, le noir, les ombres sont là pour protéger la personne vêtue de ses créations. Ses fans sont des personnes qui veillent à rester discrètes mais qui brillent sous d’autres aspects. Les « m’as-tu vu » ne fait pas partie du vocabulaire du créateur.

Il a chamboulé le monde de la mode par son premier défilé dans les années 80.  A l’époque, les créateurs mêlaient ardemment couleurs chocs, épaulettes … Il a balayé tout cela en une collection. Son crédo : déstructurer, essentiel, classique, du masculin-féminin.

ys

Certains pensent que c’est classique mais le travail chirurgical est bien présent… pourtant sa rigueur est immédiatement perçue dans les coupes. Aucun détail n’est laissé au hasard.

Son travail m’a toujours fait vibrer. Je devais avoir 10 ans quand je suis tombée sur une de ses créations. Son style, ses coupes m’ont toujours influencée. Loin du superflu et des tendances, son style peut déplaire ou en faire des aficionados.

Le choix délibéré de couleurs unis, des tissus amples qui se forment et se déforment à mesure que la personne se déplace. L’étude du mouvement est primordial. Déstructurer est plus difficile qu’il n’y paraît. Il faut réussir à rétablir un équilibre et souvent c’est l’être humain qui le crée. Il n’a pas de techniques appliquées de manière récurrente. Il travaille à même la matière. Ses créations sont les fruits de recherches perpétuelles. Il s’interroge sur le rapport entre le tissu et le corps.

ys3Le parallèle apparaît enfin. Pourquoi Je suis tous ses travaux ? Un mot : mouvement.
Au delà de la création pure et dure, créer revient à travailler sur l’empathie que nous possédons tous. L’être humain bouge et cette mobilité devient un des critères de création. Les objets doivent devenir amovibles, multi-fonctionnels …

ys2

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s